Frédéric Mistral, le poète

Le poète Frédéric Mistral, né en 1830 en Provence, prix Nobel de Littérature en 1904, fut le plus grand conteur du Rhône et des mariniers de Condrieu. Nous lui devons le magnifique Poème du Rhône.

Lou Pouèmo dou Rose

Van parti de Lioun à la primo aubo
Li veiturin que règnon sus lou Rose.
Es uno raço d’ome caloussudo,
Galoio e bravo, li condriéulen. Sèmpre
Planta sus li radèu e li sapino,
L’uscle dou jour e lou rebat de l’aigro
Lé dauron lou carage coume un brounze.
Mai d’aquéu tèms encaro mai, vous dise,
Lé vesias d’oumenas à barbo espresso,
Grand, courpourènt, clapu tau que de chaine,
Boulegant un saumié coume uno busco,
De pupo à pro cridant, jurant de-longo
E largamen, pèr se baia courage,
Au poutarras pintant la roujo tencho,
A beu taioun tirant la car de l’oulo.
De-long dou flume èro uno bramadisso
Que d’auro en auro entendias de-countuni :
« Pro vers la baisso, hou !
Reiaume ! Empèri !
Amount la pro ! Dau ! Fa tira la maio ! »

Ero Coundriéu soun nis, ounte s’amodon
De noste vènt-terrau li proumié boufe.

Le Poème du Rhône

Dès la prime aube, vont partir de Lyon
Les voiturins qui règnent sur le Rhône.
C’est une race d’hommes robustement musclée,
gaillarde et brave, les Condrillots. Toujours
debout sur les radeaux et les sapines,
Le hâle du soleil et le reflet de l’eau
leur dorent le visage comme un bronze.
Mais en ce temps, vous dis-je, plus encore
On y voyait des colosses à barbe épaisse,
grands, corpulents, membrus tels que des chênes
remuant une poutre comme on fait d’un fétu,
de la poupe à la proue criant, jurant sans cesse
Et largement, pour se donner courage,
Au pot énorme humant le rouge piot,
tirant à beaux lopins la chair de la marmite.
C’était le long du fleuve une haute clameur
Que du nord au midi on entendait sans trêve :
« Proue en aval, ho ! Royaume ! Empire !
Amont la proue ! Sus ! Fais tirer la maille »

Leur nid était Condrieu, où se meuvent
Les premiers souffles de notre Vent-Terral

La remonte

La remonte © Catherine Chion | Jean du Rhône, éditions l’École des loisirs

Coundriéu en aquéu tèms èro la maire
Di grand patroun de Rose.
[…]
O tèms di viei, d’antico bounoumio,
que lis oustau avien ges de sarraio
E que li gènt, à Coundriéu coume au nostre,
Se gatihavon, au calèu, pèr rire ! […]
O tèms di vièi, tèms fai, tèms de simplesso,
Qu’èro lou Rose un revoulun de vido
Ounte venian, enfant, sus l’aigo longo
Vèire passa, fièr, l man à l’empento,
Li Coundriéulen ! Lou Rose, gràci-à-n-éli,
Ero un grand bruse plen de vounvoun e d’obro.
Condrieu en ce temps était la mère
Des grands patrons du Rhône. […]
O temps des vieux, d’antique bonhomie
Où les maisons n’avaient pas de serrure
Et où les gens, à Condrieu comme chez nous,
Se taquinaient pour rire, sous la lampe ! […]
O temps des vieux, temps gai, temps de simplesse
Où sur le Rhône tourbillonnait la vie,
Où nous venions, enfants, voir sur l’eau longue
Voir passer fiers, les mains au gouvernail,
Les Condrillots ! Le Rhône, grâce à eux,
fut une ruche énorme, pleine de bruit et d’œuvre.
La remonte et la traille

La remonte et la traille © Catherine Chion | Jean du Rhône, éditions l’École des loisirs

Ah ! Pèr sant Micoulau, quand s’encantavo
Lou Reinage, au pourtegue de la glèiso,
Cresès que n’ère un flame de triounfle
Pèr aquéu qu’èro Rèi de la Marino ?
E cresès que n’i’ aguèsse un de rebobi
Pèr abéura la glori dou Reinage ?
Li brout de biou emé sa graisso mouflo
E li dindard e lis auco poupudo,
Li cambajoun estuba, li caieto
d’erbo chaplado e cuecho au four, bèn, imo,
Li boni pougno enredounido en tourto,
Pastado au burre emé d’iou, li rigoto
Poulidamen plegado emé de pampo,
Et lou vin blanc de païs que petejo,
Avien de tout, en aquéu jour, soun rule !
À la Saint-Nicolas, lorsque à l’encan
On mettait le Reinage, au porche de l’église,
N’en était-ce pas un, et flambant de triomphe
Pour celui qui était le roi de la marine !
Et croyez-vous que l’on y tint bombance
Pour arroser la gloire du Reinage ?
Poitrails de bœuf à graisse potelée,
Les oies dodues et les coqs d’Inde,
Et les jambons fumés et les caillettes
d’herbes hachées, cuites au four, bien onctueuses,
Et arrondies en tourte, les savoureuses pognes
Pétries au beurre avec des œufs, et les rigottes
Joliment pliées dans des feuilles de vigne,
Et le Vin blanc de pays – qui pétille,
Ils avaient, en ce jour, tout à satiété !
Condrieu

La halte au village © Catherine Chion | Jean du Rhône, éditions l’École des loisirs