Le Clos de la Bonnette

Le Clos de la Bonnette est un petit vignoble et son histoire n’est pas banale. Depuis l’époque romaine, qui sait avant peut-être, elle s’édifie à flanc de coteaux en plein cœur de Condrieu.
Pendant des siècles, des femmes et des hommes y érigèrent des chaillées abruptes retenues par des murettes de pierres sèches que la pioche arracha à la colline. C’est une histoire taillée dans la roche, burinée par un soleil de sud et d’ouest, une histoire de bras, de chaleur et de soif.
Le Clos connut des époques fastes, les forces ne manquaient pas et les chaillées soigneusement entretenues révélaient des paysages de beauté nichés au-dessus d’un vallon et tournés vers le fleuve Rhône.
Car le vignoble est depuis toujours lié d’amitié avec le fleuve qui lui offre sa puissance. Il lui doit ses pentes, ses brouillards et ses vents. Des antiques gabares aux modernes péniches, ce grand charroyeur cher au poète Frédéric Mistral fait le lien entre les coteaux et le reste du monde.
Entre histoires heureuses et heures sombres, le Clos possède sa légende, ses abandons et ses renaissances.

Famille Guiller-Montabonnet

Aujourd’hui une nouvelle page s’écrit, à partir du regard et de l’énergie d’un couple qui choisit de l’arracher à la forêt et à l’oubli sans jamais céder à la facilité.
Le vignoble conte l’histoire de ceps que les échalas de châtaignier protègent de la force des vents et qui, accrochés à la pente, luttent contre l’âpreté des étés brûlants en plongeant leurs racines au cœur du granite.
Il conte l’aventure de la terre et de paysans vignerons penchés vers elle et qui se façonnent mutuellement, une aventure d’amour et de raisin, d’éboulis et de ronces, d’enthousiasme, de vie au pied du mur et d’amitiés bienveillantes.
Il nous dit qu’il n’est pas de grand paysage sans grand labeur, pas de grand vin sans grand paysage.

Une histoire de bras, de chaleur et de soif, et un projet de couple

À deux, nous avons défriché le coteau, façonné le sol, planté et entretenu les ceps tout en cultivant près de 5 hectares de maraîchage biologique.
Et si nous effectuons ensemble tous les travaux de la vigne, depuis la taille jusqu’aux vendanges, nous nous sommes également spécialisés dans les activités qui nous convenaient le mieux :

  • Isabelle est la vinificatrice : elle élabore les vins blancs. Elle reconstruit également les murs en pierres sèches.
  • Henri est le bâtisseur : mécanicien et maçon, il invente les outils et construit les bâtiments. Il gère le travail du sol.

Créer, c’est aussi transmettre

Notre fils Antoine nous rejoindra bientôt avec des parcelles en Côte-Rôtie. À lui d’assurer la progression du domaine avec des plantations de viognier et de syrah en plaine et de vinifier les vins rouges.

Nous rendre visite

C’est un plaisir pour nous de faire découvrir le vignoble à nos visiteurs et déguster nos vins. Peu importe le jour et l’heure, à condition de nous contacter auparavant pour vous assurer de notre présence.